Chardonnay – Sélection de l’Hôtel des Trois Couronnes à Vevey

J’ai dégusté récemment la cuvée « Chardonnay – Les Grands Terroirs » 2016, Sélection de l’Hôtel des Trois Couronnes à Vevey, élaborée par les Vins Keller pour Vincent Mattera le trés avisé manager F&B de ce splendide établissement. Il s’agit de vieilles vignes de chardonnay provenant de ce domaine familial d’une superficie d’environ 21 hectares de vignes à Vaumarcus (Canton de Neuchâtel en Suisse, à cheval entre Onnens (VD) et Auvernier (NE). Le chardonnay est issu du terroir de Bonvillars (Canton de Vaud) surplombant le lac de Neuchâtel, bénéficiant d’une exposition exceptionnelle. Le sol est de texture légère à moyenne, composé de calcaire. A certains endroits, la roche n’est qu’à une profondeur de 40 à 50 cm.  La conduite de la vigne est respectueuse de l’environnement selon les normes de Vinatura Swiss (interdiction des herbicides racinaires, limitation de l’emploi de cuivre, enherbement constant, utilisation minimale des sulfites). Elevage sur lies pendant onze mois dans des fûts de chêne bourguignon.

Dans le verre, la couleur or pâle bénéficie néanmoins d’une belle intensité. Au nez, on devine une certaine vigueur aromatique – fleurs blanches – promesse d’un moment de plaisir. En bouche, d’emblée se révèlent des arômes de pomme, de poire, et quelques nuances épicées, qui s’estompent lentement au profit d’un bouquet brioché, avec quelques notes de noisette. C’est un vin vif, précis, minéral sans excès, fruité sans abus. A déguster avec une volaille, un poisson de lac (omble, féra).

La question que je me pose devant cette pépite est de savoir si un tel vin aurait la capacité de vieillir ? Cette question taraude le milieu viticole helvétique depuis que le déclin des coopératives a rendu prospères les vignerons encaveurs indépendants, c’est-à-dire les viticulteurs qui, en Suisse, élèvent le vin de leur propriété et le vendent en bouteille sous leur responsabilité et leur étiquette. Pour mesurer si certains vins sont aptes au vieillissement, encore faudrait-il qu’ils soient conservés. Or la majorité des vins produits ( 1 million d’hectolitre pour 15 000 hectares) sont à boire dans l’année et tous sont aussitôt vendus localement. L’export représente moins de 2% du volume. L’idée est venue à quelques chroniqueurs spécialisés, d’avoir sélectionné à partir de l’année 2 000 quelques unes des meilleures bouteilles apte à la garde auprès d’une trentaine des meilleurs vignerons et d’avoir su les convaincre d’en céder soixante bouteilles par an à « La mémoire des vins suisses », association créée pour la circonstance. La démarche n’est pas commerciale, puisque les stocks sont inexistants et s’appuie sur une idée simple : « En matière de vin, le présent est le passé de demain. » Au-delà, il s’agit de renouveler l’image d’un vignoble éclaté en mini régions et innombrables microclimats (principalement Vaud, Valais, Genève, ainsi que le Tessin, la Suisse alémanique et la région des Trois Lacs) et autrefois dominés par le chasselas appelé aussi perlan, fendant ou dorin, qui avait envahi 68% du vignoble jusque dans les années 1950, proportion réduite à moins de 40% aujourd’hui. A mon sens, ce chardonnay mériterait amplement, bénéficiant en quelque sorte, de la notoriété et du mécénat de l’Hôtel des Trois Couronnes, d’entrer en lice aux côtés des grands vins suisses, afin de mesurer son évolution sur une décennie.

Jean-Claude Ribaut

Un commentaire sur “Chardonnay – Sélection de l’Hôtel des Trois Couronnes à Vevey

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s